Biographie

Biographie

Akhtamar, légende arménienne, est le nom du quatuor, en référence aux Miniatures arméniennes de Komitas/Aslamazyan que l’ensemble interprète depuis sa création, et qu’il a choisi comme signature.

Basé à Bruxelles, le quatuor Akhtamar s’est tout d’abord formé auprès de Guy Danel et du Quatuor Debussy, et se perfectionne actuellement au sein de l’Institut Joseph Haydn à l’Université de Musique de Vienne, dans la classe de Johannes Meissl et Vida Vujic. 

Ensemble sélectionné notamment à ProQuartet et à l’ECMA (European Chamber Music Academy), il a l’occasion de travailler avec les quatuors Alban Berg, Ysaÿe, Kronos, ou encore Natalia Prishepenko (Artemis Quartett) et Eberhard Feltz. 

Dès 2016 le groupe remporte le deuxième prix au concours du Festival Musiq’3 (BE), et est l’un des six quatuors sélectionnés pour le tremplin jeunes quatuors de la Philharmonie de Paris.

Le quatuor Akhtamar est sollicité pour des concerts dans toute l’Europe (Festival Radio France Montpellier, Concertgebouw de Bruges, Festival MonteLeón en Espagne…), et bien sûr en Arménie. On peut régulièrement l’entendre sur les radios nationales (Musiq’3 en Belgique, France Musique ou encore SWR2 en Allemagne).

Parallèlement aux concerts, le quatuor Akhtamar intervient dans des institutions psychiatriques pour jeunes adolescents, mais aussi dans les écoles de la maternelle au secondaire, ou encore dans les maisons de repos, pour amener la musique classique au public le plus large. 

La création contemporaine a une place à part entière dans le répertoire des Akhtamar. Plusieurs compositeurs ont fait appel à eux pour créer ou enregistrer leurs oeuvres, notamment Roger Boutry, Eugénie Alécian et Jan Kuijken.

2020 est l’année de la sortie du premier disque du quatuor: légende arménienne. C’est le label belge Cypres qui édite cet enregistrement des Miniatures de Komitas et d’un quatuor arménien d’Eugénie Alécian (oeuvre dédiée au quatuor). 

Le Quatuor Akhtamar est l’un des ensembles de Le Dimore del Quartetto, et est soutenu par la fédération Wallonie-Bruxelles, le Concertgebouw de Bruges, Karine Arabian Paris et la Fondation Boghossian.